1. Enregistrer au format PDF
  2. Version imprimable de cet article
Accueil du site > N°05 > 04. NK 1314 / N°4 / ECHEC AU SPECTACLE

NK 1314 / N°4 / ECHEC AU SPECTACLE

Les tours immobiles, plantées sur l’échiquier de la zone, empilent les pions les uns sur les autres.

Ici, pas de roi, si ce n’est le roi des cons, pas de reine que celle des pommes. Trente-deux cases noires et trente-deux cases noires.

Le jeu banlieusard se joue en deuil, comme perdu d’avance.

En silence, comme toute partie menée de main de maître.

« On veut que je vive ici » dit, tout bas, le pion.

« On veut que je ne vive pas ici », veut-il dire, « c’est ici que l’on veut que je ne vive pas ».

Ici ? comment le nommer ? Innommable. Ici, c’est le contraire d’un endroit. L’envers.

L’envers de la ville est aussi l’envers du langage.

Une non-vie cachée, pliée, broyée dans un non-lieu.

Crime parfait.

Laisser ne pas vivre n’est pas faire mourir.

Poser un théâtre au milieu de ce rien,

est-ce l’expression d’un remords ou la peur des mort-vivants ?

ou simplement l’extrémité dérisoire et insouciante d’un cynisme organisé ?

Bon, on fait quoi, chef ? faites des recettes.

… ?

À qui appartient le théâtre du Merlan ?

Pour qui est-il public ?

Scène Nationale ou théâtre de quartier, de quartiers Nord ?

Qu’est-ce que vous voulez ? Qui veut quoi ? Où est le Nord ?

JMB.