1. Enregistrer au format PDF
  2. Version imprimable de cet article
Accueil du site > N°03 > CHRONIQUE D’UN PRÉ-MONDE POST-CAPITALISTE #2
P R É - M O N D E

CHRONIQUE D'UN PRÉ-MONDE POST-CAPITALISTE #2

Alors que le dollar commence sa descente et sonne la fin du capitalisme Atlantique, la Goutte d’Or à Paris gagne des points dans la révolution culturelle de quartier.

Je prendrais pour exemple le taux d’affichage sauvage sur les murs provenant de rédactions contestataires, et le degré de pénétration de la pensée subversive dans les cerveaux non-alignés.

La voie Méditerranéenne reste porteuse de valeurs humanistes et démocratiques capables de renverser l’ordre de notre gouvernement élu contre le Front National, mais atteint aujourd’hui du Syndrome de Stockholm où la victime est prise de compassion pour son bourreau. Rêver d’être réélu avec les voix de la droite raciste et réactionnaire après avoir été élu par leurs opposants est un problème Freudien avec transfert et schizophrénie.

Heureusement, la banlieue à su débusquer les socials traîtres Sarkozytaires, et les lycéens ont su traîner dans les arrières cours le lyrisme pédo-phobe de Villepintien avant la pandémie : nos petits de banlieues et de France résistent au confinement dans les volières du Medef et de l‘intérieur.

Cette sensibilité clairvoyante de notre jeunesse de 12 à 18 ans à effrayé les papis-boomers de la cour Chirac, beaucoup plus présents dans les ghettos chics que dans les quartiers mondes.

Alors qu’autour de l’Élysée on s’arroge le droit de gouverner avec un budget pour programme, la société civile post-capitaliste pour ceux qui ont su rester pauvre malgré la société de consommation, milite dans les quartiers où la pensée travaille au noir et en couleur.

Les murs de la Goutte d’Or à Paris sont des espaces d’expression bien gardés ou le karcher passe rarement sur les affiches contestataires d’un monde en quadrichromie et en 2 dimensions : politique et culturel.

La diversité culturelle du quartier se décline en 60 nationalités de 18 dictatures, 33 démocraties représentatives, 5 républiques islamiques et quelques aristocraties, contestées par des ambassadeurs dissidents et des artistes en exil.

Cette République de l’ exil à la topographie imaginaire, a trouvé sa place dans les salles de réunion, les parvis du culte, les trottoirs de la palabre, et quelques papiers distribués abondamment à la sortie du métro.

Nous voilà revenu à la Goutte d’Or où les voitures n’ont pas brûlées et où l’on n’a pas manifesté car le chômage des jeunes les maintient contre les murs plus que contre les patrons.

Cette situation originale prépare la jeunesse à vivre en harmonie avec les étoiles qui n’ont pas attendues pour être belles et éphémères malgré les dangers de l‘univers.

Après le crash du dollar, les étoiles brilleront davantage encore car la pollution diminuera, et les ambassadeurs seront nombreux sur le chemin de la Goutte d‘Or.

Hervé Breuil, 1er Mai 2006, pour SKLUNK N° 3