La Love Money : définition et avantages fiscaux liés

Le Love Money fut créé en 1960 aux États-Unis en présentant des avantages et des inconvénients pour ce qui est de son utilisation. Dans cet article, nous nous centrerons uniquement sur ce que représente le Love Money et sur ses avantages.

Définition

Le Love Money est un montant résultant de l’investissement de la famille, de l’entourage, des amis, au projet du créateur d’une entreprise. Faisant partie de l’épargne relationnelle, ce montant peut varier de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers d’euros.

A lire aussi : Pourquoi créer un site Internet pour son entreprise ?

Le Love Money correspond également aux capitaux propres apportés dès la création d’une entreprise. Sans oublier que ces capitaux propres sont apportés par les proches et la famille du créateur de l’entreprise. Les investisseurs deviennent des associés de l’entreprise créée en échange des apports du Love Money. Le Love Money peut être considéré comme une forme de prêt ou de donation entre particuliers.

Lire également : Comment gérer une entreprise SARL ?

Avantages fiscaux

Grâce au Love Money, l’argent peut être rapidement levé sans obstacle administratif la majeure partie du temps. En ce qui concerne la recherche des autres moyens de financement y compris bancaires, le Love Money représente un tremplin.

Le Love Money contribue à une réduction de 50% de l’ISF du montant ayant été investi dans la limite de 90 000 euros. De même, il contribue à une réduction de 18% sur le revenu dans la limite de 50 000 euros. Ce qui représente un montant de 9 000 euros comme réduction maximale.

Pour finir, le Love Money accorde une réduction d’impôt de 66% sur le montant donné des dons destinés à financer une association. La réduction obtenue est prise en compte dans le calcul du plafonnement des niches fiscales à un montant de 10 000 euros par an.

Grâce à l’investissement en Love Money dans le capital d’un proche (famille, ami, entourage), les actionnaires bénéficient d’un nombre donné de droits. Parmi ceux-ci, vous pouvez retrouver celui permettant de percevoir des dividendes en cas de rentabilité de l’activité. Les actionnaires ont également le droit de donner leur avis périodiquement sur la gestion de la start-up.

En échange des sommes investies dans le capital de l’entreprise, les actionnaires bénéficient d’une réduction d’impôt de 25% sur le revenu des montants investis. Avant que cela ne soit possible, ils doivent respecter certaines conditions.

Tout d’abord, il faudrait que la souscription en numéraire concerne une entreprise non cotée. Ensuite, ils devront s’engager à conserver durant 5 ans minimums, l’ensemble de leurs titres. Les actions ou parts ayant justifié la réduction d’impôt pour souscription au capital de PME sont rappelées par le fisc en cas de remboursement des apports avant 5 ans.

ARTICLES LIÉS