1. Enregistrer au format PDF
  2. Version imprimable de cet article
Accueil du site > HORS SÉRIE 01 > UNE RENAISSANCE MALGACHE
J U I L L E T - 2 0 0 6

UNE RENAISSANCE MALGACHE

Rien n’est plus, ni moins, mystérieux qu’un voyage vers le Sud.
La notion même de sud, n’a pas de sens, si l’on ose dire, depuis qu’il y a du sud partout dans le nord et de l’ouest partout dans l’est.
Et vice versa.

Rien ne ressemble d’ailleurs désormais moins à un voyage que ces traversées éphémères. Et, qu’elles durent 1 jour, 1 semaine, 1 année n’y change rien.

Depuis que pauvretés, pollutions, pandémies, corruptions et négoces maffieux se banalisent en s’universalisant, ne restent plus pour se différencier que des comparaisons d’échelle : + ou – pauvre // + ou – contaminé // + ou - corrompus, qui, toutes, renvoient à l’impuissance et la tétanie.

Alors chacun continue, (faute de mieux ?), de faire semblant de cautionner l’échafaudage démocratique quel qu’en soit la spectaculaire et festive invraisemblance.

Les exemples que l’on nous oppose de "tourisme solidaire", de "commerce équitable" et de "développement durable" ne sont que de sinistres farces destinées à masquer l’ampleur des inégalités, des malentendus, des complicités nécessaires au maintien de l’ordre des choses.

Notre incursion malgache s’est déroulée dans le contexte de la coupe du monde de foot-ball et du déploiement de la pensée Sarkozy sur la sécurité et l’immigration.

L’effet conjugué de ces deux « événements » accentue la schizophrénie malgache à l’égard de la France, (admiration / dépendance / détestation), amplifiée par les médias locaux et les informations diffusées par la diaspora malgache en France.

Et prolonge et amplifie la paranoïa française (culpabilité / arrogance / splendeur / cynisme).

Les jeunes malgaches semblent croire à la possibilité d’un redéploiement du pays tout en se méfiant des modèles voisins.
Le parallèle en effet est tentant avec la l’Île de la Réunion voisine, assistée, française, richement dotée (gavée, disent certains réunionnais) en infrastructures culturelles, sociales et artistiques, mais pas forcément plus apte à s’inventer un avenir.

La renaissance malgache s’incarne dans :
- la singularité d’une culture issue du croisement de ses 18 ethnies,
- les influences de la grande terre africaine,
- la volonté de se forger un destin.

Nous avons pu rencontrer quelques uns des artistes qui se reconnaissent dans ce mouvement.
Ce numéro spécial de SKLUNK leur est dédié.

Pierre Bongiovanni & Quentin Drouet
Avec le concours décisif de Robin Félix.