1. Enregistrer au format PDF
  2. Version imprimable de cet article
Accueil du site > N°03 > LAFOLIMÉRICOURT
C H R I S T I A N - J A C C A R D

LAFOLIMÉRICOURT

Christian Jaccard
Lafoliméricourt
à Horsles murs

- visite/projection/débat le 29 mai 2006 à 18h30
- visite/projection du 30 mai au 30 juin 2006 de 15h à 18h
- à HorsLesMurs, 68, rue de la Folie Méricourt – 75011 Paris (Association nationale pour le développement des arts de la rue et des arts de la piste)

Fable Le couloir de Lafoliméricourt est un passage sans encombre réputé pour sa longueur et son étroitesse. Il possède en amont une paroi lisse. En aval sont situées des trouées en forme d’embrasures d’où proviennent bruits et lumières de la vallée. Sous l’emprise d’un rêve aux souvenirs d’ascension, le pyronaute, livré aux hasards de la déambulation, part à l’assaut de cette contrée singulière. Poussé par le propre de son utopie, il s’y engage muni de ses gels thermiques et met en œuvre sur le subjectile fragile et altéré l’enchaînement des ignitions fugitives. C’est une randonnée chaude, harassante, au cours de laquelle s’inscrivent pendant deux jours le flamboiement sinueux puis l’extinction des pics de combustion grands et petits, ronds et pointus, solitaires puis regroupés par zones d’intensité dont l’émergence des reliefs, la progression des poussières et l’amplitude des ombres, bien qu’elles soient aléatoires, quelquefois cyclothymiques, n’en sont pas moins fulminantes, délitées, pulvérulentes et fragmentaires. Le rêve du pyronaute, en phase profonde, laisse apparaître quelques traces de suie aux soubresauts tranquilles ; puis soudain une phase éveillée et active s’intensifie, faisant émerger un déploiement d’images extraordinaires de lignes juxtaposées semblable à une chaîne de massifs montagneux avec crêtes, précipices et flexures au sein desquels, et durant toute la traversée du cycle ignifugeant, l’espoir des flammes renouvelées n’est à son tour qu’un rêve évanoui.

Fluctuations pyrométriques des érections et des chutes, des cimes et des abîmes ; rien n’a eu lieu que la fable émanant de l’émiettement d’un songe. Rien n’a eu lieu que le fantasme lumineux d’un tableau éphémère.

Décryptage A travers le vidéogramme érigé en déambulation des énergies perdues, Lafoliméricourt est une fiction héroïque et stimulante dont le défilement pragmatique réactive les éléments constitutifs du tableau, au demeurant nomade. Celui-ci est appréhendé dans ses mesures dynamiques où le cheminement de ses croisées et la durée de ses instants s’ouvrent à l’écoulement du temps. Faire de l’usage particulier de l’ignition le moyen d’une expérience : celle de la confrontation d’une trace et de sa mémoire ; celle d’être un lieu de cristallisation passager des formes d’un refoulé qu’excède la représentation d’une vision.

En 2004, Christian Jaccard effectuait une intervention temporaire au Bloc 14 de l’Hôpital Charles Foix à Ivry-sur-Seine, puis en 2005 dans l’agence de l’architecte Frédéric Lebard, lieu actif où le dispositif pyrogène mis en vis-à-vis inscrivait sur les parois les ombres de suie suggérant la densité des absences génératives de vie agissant comme des constellations dont le face-à-face exalte les souvenirs des ignitions. Il poursuit aujourd’hui sa démarche sur le site de HorsLesMurs, dans le onzième arrondissement de Paris, où l’expression des brûlis au cours de son cheminement brasillant et protéiforme trace les scènes d’un tableau éphémère.

CONTACT : Isabelle Drubigny, 01 55 28 10 16

 

ISABELLE DRUBIGNY

RESTEZ EN CONTACT

SYNDICATION